PALISSADE

PALISSADE
Photo ©JL+L

mardi 1 janvier 2013

À VOT’ BON CŒUR M’SIEURS-DAMES !




En ce début d’année, le vœu le plus formulé concerne la santé. Ah, c’est sûr, tant qu’on a la santé, répétons-nous à l’envie, tout en tirant les Rois, prématurément et sans modération… (En gros : on est vivant ; et qui a envie d’être mort tout de suite ?  Notez que c’est là une question rhétorique - qui n’attend pas de réponse !)


Mais en fait, la paix, voilà bien ce que chacun devrait souhaiter, car sans la paix, qu’aurions-nous au quotidien ? La mort, par la guerre. 
La guerre qui est sans cesse à notre porte, et nous n’y pensons même pas, persuadés de vivre pour toujours dans un monde protégé de cet enfer, derrière les barricades de nos supermarchés. Pourtant, pas un jour sans que des images horribles nous rappellent son existence, à quelques heures d’avion de chez nous. Le temps mis à faire un Paris-Lyon en voiture suffirait à nous en rapprocher de très près, de trop près.

Non, je n’ai pas l’intention de plomber vos bonnes résolutions en ce début d’année. 
Celles qui consistent à se jurer de faire de la gym, un régime (aviez-vous remarqué comme cela rime ?) et du rangement ; de cesser de procrastiner, de rouspéter et de lambiner ; de s’occuper un peu plus de nos mémés, de nos bébés, et de nos projets.
Tout cela, on se le promet, on va l’exécuter, avant août foi d’animal. Vous, comme moi. Mais la paix, dans tout cela ? Comment œuvrer en sa faveur, sans militer dans un parti ou un autre, engagement qui comporte le risque de se dégonfler à la première manif’ ou au premier meeting pour cause de flemme, ou de travail urgent. On se connaît !

Si vous n’avez pas trouvé tout seul, je me permets ici de vous faire connaître une association dont le nom suffit à rassembler les âmes les moins généreuses :

UN CŒUR POUR LA PAIX.


Elle aide à soigner en Israël des enfants palestiniens en les faisant opérer ou suivre médicalement par des équipes israéliennes, avec l’aide de personnels palestiniens. En mettant tout leur cœur à sauver des enfants, ces professionnels et bénévoles de la santé parient aussi sur le fait que ces actions auront des conséquences bien au delà de la survie de chaque enfant. Le résultat : de fait, au quotidien, de vrais liens se tissent qui aident les êtres en souffrance et leurs familles à se connaître et à se comprendre, au dessus du mur de la haine.

Découvrez-en tous les aspects, toutes les idées, tous les idéaux, toutes les réalisations, en cliquant sur ce lien.

Pour lire un entretien avec l'un de ses acteurs principaux, le Professeur J.J. Rein, allez ici.

Et, pour une fois, c’est à vous lecteurs qu’ira la gratitude, si, de surcroît, vous cliquez sur le lien qui permet d’y faire un don.
Vous avouerez que commencer l’année sur ce blog avec ce genre de remerciements, ce n’est pas que de la littérature !

Je vous souhaite, à tous et à toutes, une merveilleuse année, riche de rencontres, éclatante de bonne santé, sonore de musiques en tous genres, goûteuse et savoureuse de moments partagés, lumineuse et douce. Cela, de tout mon cœur, vous vous en doutez !


PS.  À suivre, très bientôt sur ce blog, une entrevue avec le docteur Muriel Haïm, la Présidente de cette association.

Et, tant que j'y suis, je vous donne aussi le lien avec AFICARDIO, une autre association, qui a pour but de  promouvoir les échanges entre cardiologues français et israéliens - car il arrive que les scientifiques israéliens se voient interdire l'accès à certains colloques universitaires en France.  Si, cela arrive. Hélas. 

1 commentaire:

  1. Voeux inhabituels sans doute, mais que pourrions-nous dire d'autre en cette année qui (re) commence? la fin du tunnel n'est pas pour demain.
    "La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil"

    Eh oui les hommes de bonne volonté ! Puissent ils croître et se multiplier!

    RépondreSupprimer