En deuil

En deuil

mardi 28 août 2012

L’ANGLETERRE, OU LA MÊME CHOSE EN MIEUX



Je suis toujours étonnée de la réaction de mes amis non anglicistes quand je leur annonce que je vais entreprendre un petit voyage en Angleterre. Au mieux, ils me disent : « Ah, c’est normal, t’étais prof’ d’anglais », ou bien « Encore ?! » et, au pire, ils me déballent tous les lieux communs imaginables à ce sujet, du genre : « Bon courage avec la bouffe ! », 
« N’oublie pas ton parapluie », ou bien : « Tu vas à Londres, au moins ? »

Si certains d’entre vous en sont restés à une expérience semblable à celle qui fut décrite dans À nous les petites Anglaises (que j’ai adoré en son temps), et au risque de me fâcher avec certains, je vais ici remettre les pendules à l’heure et révéler pourquoi j’aime ce pays et ses habitants (enfin, ceux que j’y connais, surtout !) - et vive les clichés ! 

dimanche 19 août 2012

POUR NE PAS PENSER QU'AU THERMOMÈTRE





Cette semaine auront lieu les commémorations habituelles de la libération des villes de la côte, Cannes et Nice en particulier. Un certain nombre d'endroits de la région s'appellent "rue du 24 août" ou "Place de la Libération", et je me demande si tous ceux qui y passent savent pourquoi. 

Pour les curieux qui auraient envie d'en savoir plus sur ce qui s'est déroulé à Nice pendant l'été 1944 en particulier, je recommande ce lien, mais surtout la lecture d'un ouvrage extrêmement savant tout en étant accessible aux non-spécialistes : 


L'érudition de son auteur, l'universitaire Jean-Louis Panicacci, n'est plus à vanter, mais cet ouvrage-ci n'est pas qu'un livre d'histoire, il est aussi passionnant qu'un roman policier, et même davantage. Son dernier chapitre nous fait vivre l'insurrection à Nice comme si nous y étions. Pour les passionnés d'histoire de la période, la carte détaillée des événements du 28 août, entre autres, est un vrai bijou. (p. 226)
J'avais déjà ici rendu compte d'un roman traitant de ce sujet, Nice amère saison. 
Si vous ne l'avez pas encore lu, cherchez-le !


En cette période estivale, il n'est peut-être pas inutile de se souvenir de ceux et celles qui se sont battus pour des lendemains plus tempérés. Et peut-être qu'en y pensant, on évitera de passer son temps à se plaindre de la canicule !

vendredi 17 août 2012

NORMALE ?




Est-ce la chaleur de l'été qui m'accable, ou bien une crise d’âge ? Toujours est-il que me viennent des questions existentielles au sujet de mes rapports avec mes contemporains jeunes, et moins jeunes, et que je finis par me demander : suis-je une  citoyenne normale ?
C'est décidé, je vais me dévoiler un peu plus. Voici quelques exemples pour solliciter vos réponses ou vos réactions.

mercredi 8 août 2012

RUN FOR THOSE BLADES!





Perhaps only a few of you will have heard of the French region called Auvergne, as it is not as popular as the Riviera, Normandy, or other more touristic parts of the country. It is a great pity because it is amazingly beautiful, and has a lot to offer to visitors.

mardi 7 août 2012

TOI L’AUVERGNAT


Enfant, je n’avais entendu parler que de la Corrèze, et la chanson qui l’illustrait le mieux était, naturellement celle-ci. De passage à Brive récemment, j’ai pourtant eu le plus grand mal à me faire indiquer le lieu qui inspira la chanson. La ville était calme et comme endormie sous le grand soleil de l’été, oublieuse de son chantre.  

(petit clin d'oeil... aux porteurs de noms en EIX)

Plus tard dans ma vie, pourtant, c’est l’Auvergne qui fit irruption. L’Auvergne et ses volcans, l’Auvergne et ses fromages, 


...mais surtout l’Auvergne et sa coutellerie. Je vécus mes premières années de professeur à Thiers, la capitale des couteaux, et y acquis pour toujours le plus grand respect pour cet outil, et surtout pour ceux et celles qui le fabriquent et qui le vendent.