En deuil

En deuil

vendredi 31 mai 2013

VIVE LA RADIO !





La radio est l’un de mes media favoris. Je l’écoute, même la nuit quand surgit un réveil inattendu. Comme vous le savez, il y a un flash d’information toutes les heures, donc, forcément, j’en entends un de temps à autre. Et je suis toujours étonnée des effets, volontaires ou pas, de l’ordre dans lequel les nouvelles sont données.

jeudi 23 mai 2013

L'ORCHESTRE DES EXILÉS




Voilà encore une histoire dont je n’avais jamais entendu parler, et pourtant, j’ai eu dans ma famille au moins une musicienne professionnelle ayant survécu à la Shoah, et l’Allemagne fait partie de mon arrière-plan.

mardi 14 mai 2013

JOURNÉE DU LIVRE GOURMAND À BRIGNOLES


A ÉTÉ ANNULÉ POUR CAUSE DE MAUVAIS TEMPS.... 

Venez vous y régaler, toute la journée, de 10 heures à 19 heures. Il y aura des ateliers de cuisine, des animations, des livres de toutes sortes, des rencontres avec les auteurs, on y servira des plats grecs, et cela nous donnera un avant-goût de vacances.
Et j'aurai le plaisir d'y présenter RECETTES À LA VIE, À L'AMOUR. 



Y représentera aussi notre maison AU PAYS RÊVÉ, mon collègue du jet d'encre Bernard Guiraud, avec ses croustillantes HISTOIRES GRATINÉES. 



Pour plus de détails sur le programme, voir ici. Et SVP, ne me rapportez pas la coquille sur mon nom d'auteur, je l'ai déjà vue !
Bon appétit - et à samedi ? 

dimanche 12 mai 2013

LA NEUVIÈME VIE DE MON CHAT






Catophobes s’abstenir.

En revanche, ceux qui aiment les félins comprendront la gratitude que j’éprouve pour le (et la) vétérinaire qui accompagne le nôtre avec tant de délicatesse.

Le pauvre vieux (le chat, pas le vétérinaire) a dix-huit ans. Autant dire qu’il est centenaire. Alors, tout comme certains grands vieillards, il est un peu gâteux, c’est-à-dire qu’il oublie qu’il a mangé, et réclame son pâté de dinde cinq
minutes après avoir fini son bol ; ses croquettes, il faut les écraser au rouleau à pâtisserie pour éviter qu'il vomisse ; il se plante au milieu de la pièce et miaule en se demandant où il est ; sa machine à ronron est cassée ; il fait pipi à côté de sa litière ; il n’y voit pas trop clair et n’entend plus les souris (à moins qu’il n’y en ait pas chez nous) ; il a un truc qui ressemble à un ulcère variqueux à la patte arrière, il a du mal à marcher et rechigne à être porté… Il nous empêche de voyager ; il nous réveillait la nuit, avant qu’on décide que la cuisine serait désormais sa chambre à coucher ; il nous oblige à l’amener chez les vétérinaires au moins deux fois par semaine pour changer son pansement. Bref, il nous casse les pieds, pour être poli, mais voilà, c’est un être vivant qui vit avec nous depuis dix-huit ans. 
Il a partagé nos tracas, en quelque sorte. Il a vu le pire et le meilleur de nos journées, et de nos nuits. Il a déjà survécu à de « gros soucis de santé », comme ils disent. Plusieurs fois, confirmant ainsi la croyance égyptienne que les chats ont neuf vies – pour un felis silvestris silvestris* qui avait le profil d’un chat égyptien au temps de sa splendeur, c’est cohérent.



À chaque fois qu’il a menacé de quitter ce monde, nous l’avons veillé et soigné, avec l’aide de ses docteurs attentionnés. Il fait partie de la famille, en somme, comme tout animal domestique.  Et je vais avouer que je l’aime davantage que pas mal d’humains de ma connaissance, car il ne nous a donné que du bonheur, en plus de ses ronrons. Malgré ses bêtises. 



Alors, quand il est question de savoir si oui ou non on va le faire endormir gentiment, et à quel moment, j’apprécie le tact de ces professionnels qui savent tout expliquer, rassurer, et nous laisser prendre en temps utile la décision, qui sera immanquablement douloureuse à vivre.


Le moment viendra bientôt, nous le savons. Par bonheur on peut ne pas laisser souffrir un animal plus que nécessaire. Quand notre minou n’aura plus de goût à rien, nous saurons lui épargner une agonie. En sachant que nous serons accompagnés par des professionnels compétents et très humains. Bien plus que certains médecins que j’ai rencontrés au cours de ma longue carrière de patiente !

En attendant, l’animal en question se fait une jolie toilette de chat, en me suivant du regard, ce qui, somme toute, est plutôt bon signe pour un chat moribond. Mais que lui avez-vous donc fait mes chers vétos pour qu’il s’accroche ainsi à sa neuvième vie ?

Par discrétion, je ne donnerai ici que le surnom de mon vieux tigré : Bert ou Bébert (et que personne ne me rappelle quel auteur, et homme détestable, avait un chat ainsi nommé) – en revanche c’est avec enthousiasme que je recommande la clinique vétérinaire des Docteurs Hayot et Walter, 17, rue Berlioz à Nice, où le magnifique Dr Bellman a oeuvré si longtemps. 

Sauf, bien entendu, à ceux qui n’ont que des enfants.
Nobody’s perfect.


NB. Par égard pour lui, je n'ai mis ici que des photos plus anciennes. Il est coquet, et n'aimerait pas que je le montre sur Internet alors qu'il est diminué. On a sa dignité quand même. 

      *Nom latin du « chat européen ». Pour ceux qui veulent en savoir davantage sur l’espèce, cet article de wikipedia est remarquablement bien fait.







dimanche 5 mai 2013

NÉMÉSIS




Tel est le titre du roman de Philip Roth (eh oui, encore lui), paru en anglais en 2010, et récemment traduit en français par Marie-Claire Pasquier.

En anglais : NEMESIS...