En vol

En vol

dimanche 24 mai 2015

POSE DE PLAQUE AU COLLÈGE FERSEN


Le travail de l’AMEJDAM à Antibes. 


Avant même qu’un billet officiel ne soit publié sur le blog de l’AMEJDAM, que nombre des lecteurs de ce blog connaissent aussi, j’éprouve l’impérieuse nécessité de publier ici quelques bribes de l’émotion provoquée par la dernière pose de plaque au collège Fersen, à Antibes ce jeudi 21 mai.

Chaque fois qu’une plaque à la mémoire d’enfants déportés est dévoilée dans un établissement scolaire, c’est l’aboutissement d’un long travail de recherches et de vérifications. 
Chaque nom doit être juste, et à sa place. 
Chaque mémoire doit être honorée, il ne faut en oublier aucune.
Et, à chaque fois, l'AMEJDAM s’efforce d’associer les jeunes élèves de l’établissement à la cérémonie de dévoilement.

Au collège Fersen, à Antibes, cela a été encore plus loin, puisque plusieurs élèves ont pris part cette année scolaire à l'un des voyages de la mémoire vers Auschwitz qui sont organisés par le Conseil Général.
À leur retour, ils ont écrit des textes, des poèmes, et appris des chants. Ils ont réalisé des panneaux avec les photos qu’ils y ont prises. Ils ont travaillé avec leurs professeurs, et le résultat en a été bouleversant.
En vrac, quelques clichés de ce moment si particulier.

samedi 16 mai 2015

PETITE LEÇON DE PATIENCE



Photo prise ici

Cela fait longtemps que j’aurais dû me faire établir une carte en bonne et due forme. Mais j’avoue avoir été très négligente, et m’être reposée sur mon cher époux en cas de besoin. Besoin de livres, s’entend ! Car lui, étant inscrit à la médiathèque, a le droit d’en emprunter, et il accepte même de me les « sous-prêter », à l’occasion.

Mais là, urgence : il me fallait absolument mettre moi-même la main sur une pièce rare (et quelque peu onéreuse) dont un coup d’œil sur internet m’apprit qu’elle était disponible dans l’une des médiathèques de la ville.

J’ai donc décidé de sauter le pas, et d’apporter les pièces nécessaires à la création d’une carte de membre, afin, dans la foulée, d’emprunter ensuite l’ouvrage convoité.

lundi 4 mai 2015

FAISONS DANS LA DENTELLE !


Dentelle de Calais 
présentée sur ce site


La mode est un phénomène qu’il est toujours intéressant d’observer. On l’adopte avant même de savoir qu’elle en est une, persuadée que l’on est (je parle en fille) d’avoir découvert une tendance rare, voire d’être celle qui va la lancer.

Sacha Guitry disait, en son temps : « Lance-la si tu peux, mais ne la suis jamais. Tu ne dois pas être à la mode. Le vrai Parisien, c’est celui qui est en retard de quinze ans sur elle – ou en avance de quinze jours. Tu aurais l’air d’un provincial si tu suivais la mode. » (in Mémoires d’un tricheur)

Paris vs la Province ? Pff. Bagatelle de lourdaud ! Ce genre de faribole n'a plus de raison d'être. Mais venons-en au fait : cette saison, ici à Nice, comme ailleurs, il n’est question que de dentelle.