En deuil

En deuil

dimanche 27 mars 2016

HOMMAGE AUX JUSTES ESPAGNOLS

Le mercredi 23 mars 2016 à 15h00, dans ses locaux de la Maison du Judaïsme Elie WIESEL, à Nice, le Service Passerelles du Fonds Social Juif Unifié, nous a conviés à écouter le récit des actions effectuées par plusieurs diplomates espagnols qui durant la seconde guerre mondiale.
Au péril de leur vie, ceux-ci ont sauvé des milliers de Juifs menacés d’extermination par l’Allemagne nazie.

Tout d'abord nous ont été présentés, par Mme Esther Bendahan – directrice du programme culturel et de la programmation –  le travail et le rôle du "Centro séfarad Israel" de Madrid. Cette institution publique espagnole dépend du ministère des affaires étrangères, de la mairie de Madrid, et de la communauté autonome de Madrid. Son but est d'établir des ponts entre l'Espagne et le monde juif, et de mieux faire connaître l'histoire et l'héritage de la communauté séfarade. 

Ensuite, il nous a été possible d’entendre M. Fernando VARA DE REY – directeur des relations avec les institutions et directeur de la communication de ce même centre  – évoquer, lors de cette rencontre, l’action et le destin de ces « Schindler » espagnols. 

Puis, M. Isaac REVAH nous a fait part de sa propre expérience. Juif séfarade*, il a été libéré de Bergen-Belsen grâce aux démarches de Sebastián de ROMERO RADIGALES, Consul Général d'Espagne à Athènes.

Voilà l’essentiel en quelques mots. Mais ils ne suffisent pas à éclairer une zone qui était, en ce qui me concerne, de l’ordre de l’ombre, que dis-je, des ténèbres. Que des diplomates en fonction dans l’Espagne franquiste aient pu se démener, en affrontant leur hiérarchie, pour sauver des Juifs des griffes nazies, cela relève de la science-fiction sinon du conte de fées !

lundi 7 mars 2016

AU SECOURS DES MIGRANTS.

©Image prise sur le site de Michael Honegger,
photographe : portfolio "HUMAN TIDE"
avec son aimable autorisation. 


Ce billet a pour but de mettre en lumière ce que l’on ne vous dit pas toujours sur les migrants, ni sur ceux qui vont à leur rescousse.
En ces temps de violence mondiale, nous sommes tous contaminés par la peur. Celle-ci nous amène à nous replier sur nous-mêmes, à rejeter l’inconnu, et surtout les inconnus. Heureusement, ce n’est pas le cas de tous, et je souhaite aujourd’hui mettre un coup de projecteur sur le travail humain que fournissent deux Niçois d’adoption – les Américains TimothyJay-Smith, écrivain, et son compagnon Michael Honegger, photographe –, en Grèce, et en particulier sur l’île de Lesvos.
Pour y remédier – et avec son accord – je me suis appuyée sur des passages du site de Tim, rédigés en anglais, et je les ai traduits à votre intention. Les images qui accompagnent ce billet proviennent du site de Michael Honegger, je les publie ici avec son aimable autorisation.