En vol

En vol

mercredi 15 février 2017

VÉRANDA OU VÉRANDAH ?



C’est quoi cette mode là ? Quelle que soit l’heure à laquelle vous allumez la radio, ou la télé, vous tombez sur une pub qui vante une marque de vérandas. Naturellement, notre Stéphane Bern national se fait le chantre de celle qu’il nomme « La Reine des vérandas ». Mais il n’y a pas que lui. Et dans la rue, il arrive maintenant que l’on croise des camions luxueux, qui portent sur leurs flancs le nom de la maison qu’ils représentent.

À croire que tous les Français vivent dans une maison individuelle, à laquelle il manque quelques mètres carrés (moins de 20, tout de même ; sinon il leur faudrait demander un permis de construire) et que tous se sont donné le mot pour la flanquer de cette structure qui leur permettra de profiter à leur aise du moindre rayon de soleil. Surtout ailleurs que dans le Midi, où il faudra d’urgence la climatiser si l’on ne souhaite pas la voir transformée en serre et soi-même en pain grillé. Certes, cet ajout de surface habitable est un plus, y compris pour les foyers les moins fortunés.

Cependant, l’angle publicitaire choisi pour la vendre a du sens, si l’on se réfère à l’Histoire. La véranda est née en Inde, d’où les Anglais ont rapporté le nom (que l’on peut écrire avec un « h » final) et le concept dans leurs bagages, afin d’admirer, en toute saison, la vue de leur impeccable vert gazon, n’est-il pas ? À noter qu’en Inde, elle n’était pas enclose de parois vitrées, forcément. C’était une sorte de galerie qui permettait de se protéger des intempéries avant de sortir ou d’entrer dans le bâtiment principal. On en retrouve le même principe dans de nombreux pays, dont l’Australie, le Brésil, la Pologne et le sud des États-Unis, bien entendu.

En un temps révolu, outre-Manche et ailleurs en Europe, les nantis jouissaient d’un jardin d’hiver, dans lequel s’épanouissaient des palmiers et autres plantes tropicales. Les maîtres de maison s’y faisaient servir le thé ou le café, tandis qu’ils paressaient dans de ravissants fauteuils en rotin. Le coût du chauffage ne leur posait pas de problème et la véranda était en quelque sorte un signe extérieur de richesse… on pourrait même dire d’aristocratie.  

Et là, il me revient une histoire juive un peu grivoise, mais je n’en prenais pas toute la mesure lorsque, encore adolescente, j’écoutais mon père me la raconter, en s’esclaffant très fort, comme il le faisait souvent de ses propres blagues.   
Il faut donc que je la consigne ici, car elle illustre à merveille mon propos.

Schmuel est parti à la ville. Il a quitté son shtetl* natal, laissant sa famille sans nouvelles. Le bruit court pourtant qu’il a fort bien réussi dans ses affaires, ainsi que le rapporte à son frère Isaac, un ami qui est allé lui rendre visite récemment.
« Il gagne vraiment bien sa vie maintenant, et si tu voyais sa maison ! »

« Ah bon, et elle est comment sa maison ? »

« Immense. Pas comme celle qu’il avait ici, toute noire et enfumée… Il y a un grand salon en bas, une salle à manger avec de la vaisselle en porcelaine, de la belle argenterie exposée sur un plateau, un escalier avec un tapis dessus, des barres en cuivre qui le maintiennent en place, et plein de chambres en haut… »

« Et comment as-tu été reçu ? Tu as mangé chez lui ? »

« Ah, si tu savais ! Ils ne mangent plus comme avant, des grieven** ou des harengs sur du pain noir – non, rien que de la volaille, du pain blanc, des légumes frais, et des fruits… hors saison ! Il m’a même été servi des cerises, en janvier, tu te rends compte !

« Magnifique, magnifique… mais les cerises, tu sais, nous, on les a déjà eues en juin... Enfin, cela doit être du travail pour sa femme, tout ça, non ? »

« Mais non, ils ont une quantité de domestiques, qui ont leur étage à eux, en haut de la maison… Pas comme avant, quand c’était sa femme qui trimait pour les autres. Maintenant, c'est lui qui travaille dur ! »

« Oy, mais s’il travaille autant, il ne doit pas avoir le temps de se reposer, ni d’en profiter, si ? »

« Détrompe-toi ! Je lui ai posé la question, comment il organise ses journées, et voilà ce qu’il m’a répondu : Le matin, je me lève, je prends mon petit déjeuner, et ensuite je vais me recoucher un moment sur ma petite vérandah. À midi, je rentre déjeuner, et après, je retourne me coucher un moment sur ma jolie vérandah… Et même le soir avant le dîner, quand j’ai fini de travailler, je prends le temps d’aller me coucher un petit moment sur ma vérandah… »

Là, Isaac interrompt son ami : « Vérandah ? Ce Schmuel, quand même, quel snob il est devenu. Même le prénom de sa femme, il a cru bon de lui faire changer. Ici, il ne nous la fera pas – tout le monde sait qu’elle s’appelle Sarah ! »


  
Voilà qui jette une autre lumière sur la fureur actuelle pour cet appendice architectural, au demeurant pas toujours très harmonieux. En adoptant la "Vérand'Attitude" (sic) prônée par un autre fabricant, nos contemporains s'imaginent peut-être acquérir un lieu de licence amoureuse, sur lequel ils règneront en rois ? Ah, le rêve, le rêve... c'est bien toujours ce qui fait vendre !


 ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ 


*Shtetl : ville ou village peuplé de Juifs, lorsqu’interdiction était faite à ceux-ci de s’installer ailleurs dans le pays (Pologne, Russie et autres terres accueillantes – pour les autres)

**Grieven : une sorte de grattons, faite d’oignons frits dans de la graisse de poule (schmaltz).


Pour en savoir plus sur ce contexte, il suffit, bien évidemment, de lire HARENG : Une histoire d'amour, ou EUGÈNE FIDLER - Terres mêlées.





3 commentaires:

  1. On a ben ri !!! En plus on ne la connaissait pas cette histoire racontée par papa ! 😁

    RépondreSupprimer
  2. moi aussi j'ai bien ri, elle est très gentille !
    cela dit c'est un hasard qui m'amène : LE GOUFFRE AUX CHIMERES de Billy Wilder est ressorti en copie neuve ce mercredi -- film rarissime que je n'ai vu qu'une autre fois au cinéma... et pour la première fois au lycée à Thiers (PdD), quand Cathie Fidler, jeune agrégée d'anglais, portait un autre nom. Brusque remontée de (sacrés) souvenirs, "fond memories" du temps où nos profs (porte ouverte sur le monde) déployaient des trésors d'ingéniosité pour contourner les directives d'un ministère toujours éternellement borné. ah le voyage aux USA, la Spanish moss fonbant des arbres du grand sud, façon Midnight in the garden of good and evil, et puis Citizen Kane, Macbeth du même Orson, et j'en passe. Sonia et le petit frère doivent avoir franchi la quarantaine. j'étais attentif et fasciné comme un ado maladroit (chacun les tares de son âge). tout reste présent comme si c'était hier (le pigeonnier de la rue Lasteyras, l'épicerie Touzet-Pinay, la maison du Moutier près l'église), même quand les sujets intimes étaient plus allusifs. et donc j'avais en trace le nom de papa... vive internet ! jean françois guérin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout, surtout, Jean-François, donnez-moi vos coordonnées ici, que je ne publierai pas. Ou alors en mp sur ma page Facebook. Je suis très heureuse de vous lire, et souhaiterais vivement vous parler (pour savoir aussi comment vous m'avez retrouvée !!!) À très bientôt, et oui, vive la toile !

      Supprimer